maria_chapdelainePour préparer notre futur voyage au Québec, j'ai lu Maria Chapdelaine de Louis Hémon en Livre de Poche.

 

Première phrase: "Ite, missa est."

 

Pas facile facile de trouver des bouquins québécois en France! Encore moins facile si on cherche de la littérature un peu classique, style littérature de terroir, et pas du contemporain... Je me suis donc tournée vers ce court roman écrit par un français, car il était indiqué par le Routard...

 

Il est question dans ce roman d'hiver rude, de bois sombres, d'hommes de labeur, de femmes vaillantes, et d'amour déçu. Autant vous dire qu'on ne rigole pas tous les jours chez les Chapdelaine, près du lac Saint-Jean. Pourtant, nulle désespérance dans ses pages. C'est plutôt de la résignation, la certitude d'accomplir son destin sans vouloir le fuir. A l'image de Maria, qui hésite à épouser un jeune parti s'installer en ville, dans les Etats, de l'autre côté de la frontière.

 

C'est aussi le bonheur apporté par des petites lueurs dans l'hiver québécois: la tire d'érable, les soirées de veille parmi les voisins, le retour du printemps et de ses promesses, la cueillette des bleuets...

 

J'ai trouvé dans cette histoire ce que j'y cherchais: je me suis transportée pendant quelques instants dans une maisonnette de bois couverte de neige perdue au milieu des bois. J'ai partagé les petites joies et les grandes peines de Maria. Du coup il me tarde beaucoup d'aller voir les paysages dont il est question dans ce roman...

 

Ma note: 7/10

 

PS: Figurez-vous qu'il existe une Municipalité Régionale de Comté Maria-Chapdelaine, un peu plus de 25 000 habitants, chef-lieu Dolbeau-Mistassini, et ce bien sûr en l'honneur de l'héroïne de Louis Hémon. A quand un canton Emma Bovary, ou un arrondissement Arsène Lupin ? En tout cas, voilà qui plairait beaucoup à Thursday Next...