allahPour cette édition du Blogoclub consacrée à l'Afrique, j'ai lu Allah n'est pas obligé d'Ahmadou Kourouma aux éditions du Seuil.

 

Première phrase: "Je décide le titre définitif et complet de mon blablabla est Allah n'est pas obligé d'être juste dans toutes ses choses ici-bas."

 

Birahima a dix ou douze ans, il ne sait pas, sa mère et sa grand-mère n'étaient pas d'accord sur ce détail. Enfin, avant que sa mère ne meurt, d'une infection purulente à la jambe. Et avant que Birahima ne parte à la recherche de sa tante, sa nouvelle tutrice. Sa quête le conduit au Libéria et en Sierra Leone, accompagné de Yacouba, un prétendu grigriman multiplicateur de billets. Birahima se voit contraint à devenir enfant-soldat, small-soldier. Tantôt pour un camp, tantôt pour l'autre.

 

Ce roman a un certain charme, qui tient en grande partie à la narration. Birahima ne cesse de faire référence à différents dictionnaires, pour définir certains mots souvent assez simples. Cela donne une langue heurtée, entre le parler et le littéraire, avec de nombreuses expressions idiomatiques fort savoureuses (comme par exemple, "ça ne vaut pas plus que le pet d'une vieille grand-mère", qui revient régulièrement au fil des pages).

 

Cependant, si j'ai aimé suivre les aventures de Birahima et Yacouba, j'ai trouvé ce roman assez répétitif, et j'ai trouvé certaines explications géo-politiques un peu longuettes. C'est ainsi que j'ai sauté quelques paragraphes vers la fin du roman. Je pense que le livre aurait gagné à se concentrer encore plus sur l'histoire de Birahima, et tant pis si on ne comprend pas les tenants et les aboutissants des guerres africaines.

 

Pour finir, il faut reconnaître que ce roman, qui a déjà plus de dix ans, est toujours d'actualité, au vu de ce qui se passe ces derniers temps en Côte-d'Ivoire...

Ma note: 6,5/10

D'autres avis que le mien: Hélène, Mango, Fransoaz, Sylire, Grominou, Claudialucia, Nina,

Pour la prochaine édition du blogoclub, qui aura lieu le 1er juin, nous avons choisi d'honorer la mémoire d'Andrée Chedid, qui nous a quittés récemment.