2080108484.01.mzzzzzzzJ'ai enfin terminé péniblement L'ABCdaire de Van Eyck, de Damien Sausset pour Flammarion. Rien qu'aux premiers mots, vous pouvez vous douter que je ne vais pas en dire trop de bien. En effet.

C'est le monsieur de La boîte à images qui m'a donné envie de me pencher de plus près sur la peinture, de développer mes goûts, d'approfondir ce que j'aime. Et à priori j'aime Van Eyck, et ma super petite bibli avait ce bouquin dans ses rayons. Un petit livre, apparemment ludique, court (120 pages), ça avait l'air parfait pour moi!

Erreur. Commençons par le fond: ce petit bouquin est en fait un abcdaire (comme son titre l'indique), précédé par une courte introduction. Que j'ai aimé, soulignons-le quand même. Donc il y a une soixantaine d'articles, de "Agneau mystique" à "Vierge à l'enfant". Eh bien, j'ai trouvé une bonne moitié de ces entrées parfaitement inintéressantes, et un autre bon paquet trop pointues pour une pauvre néophyte comme moi.

J'aurais pu me consoler avec les images, encore aurait-il fallu qu'elles soient situées de manière logique par rapport aux articles. Mais non, j'ai passé un temps hallucinant à feuilleter pour trouver l'oeuvre en question, puisqu'il n'y a pas de table des illustrations, et il y a même une oeuvre que je n'ai pas trouvé (j'ai quand même feuilleté trois fois, mais cela m'étonne car c'est supposé être une des oeuvres majeures de Van Eyck). Bref, la forme n' est vraiment pas réussie.

Ca m'a tellement gonflé, que je n'ai pas lu ce petit bouquin en entier, ce qui est rarissime (première fois que ça m'arrive cette année): j'ai fini par lire les entrées qui m'intéressaient vraimant, en zappant les autres.

Ma note: 3/10 (même si ça me fait mal au coeur pour le pauvre auteur, qui n'est sans doute pas responsable de la difficulté d'utilisation de ce livre)

J'ai quand même appris deux trucs "marrants":
- le vélin était de la "peau de veau mort-né" (p 68). Vous le saviez, vous? Crade, non?
- le mot "achéiropoiète", qui signifie "non réalisé par la main de l'homme" (p 103). OK, ça va être dur de recaser ça dans ma prochaine soirée, et encore faudrait-il que je m'en souvienne, mais ça en jette, comme mot, je trouve.