je_tueJ'ai lu récemment Je tue de Giorgio Faletti traduit par François Rosso chez Flammarion.

 

Première phrase: "Il est un homme et personne."

 

J'avais noté ce roman sur ma liste il y a bien longtemps, puis l'envie de le lire m'avait un peu passé. En fait, je trouvais le titre un peu trop racoleur. Et puis sur le forum de lecture que je fréquente, j'ai lu de bonnes critiques, alors je me suis laissée tenter quand je suis tombée dessus à la bibli.

 

Alors qu'il est à l'antenne pour son émission très suivie, l'animateur de radio Jean-Loup Verdier reçoit un appel étrange: son interlocuteur à la voix synthétique annonce qu'il tue... Et justement, deux cadavres sont retrouvés sur un bateau de plaisance. La particularité, c'est que le tueur a emporté leurs visages. Mais pour quelle horrible raison?

 

Mes sentiments envers ce thriller sont assez mitigés. J'ai aimé l'intrigue concernant le tueur, mais j'ai eu beaucoup de mal à accrocher aux personnages: noms ridicules (mention spéciale au commissaire Nicolas Hulot, ainsi qu'à l'inspecteur Morelli: il n'y a qu'un seul flic qui s'appelle Morelli, halte à l'usurpation!), présence fortuite du type du fbi, blessé par la vie mais qui va justement reprendre du service...

 

Sans parler de l'histoire d'amour. Je ne sais pas pourquoi, mais ça m'horripile dans les polars: dans les thrillers, on court après les tueurs en série, on ne perd pas de temps à compter fleurette, non mais.

 

Malgré ces réserves, j'ai quand même bien accroché à l'intrigue: il me tardait de savoir qui était le tueur, bien sûr, mais surtout pourquoi il mutilait ses victimes. Je n'ai pas été déçue! Si le coupable ne me satisfait pas complètement, la justification est plutôt bien ficelée, ce qui n'est pas toujours le cas dans ce genre de romans.

Ma note: 7.5/10

Laurence l'a lu aussi.