Bonjour à tous et surtout aux membres du Blogoclub, voici enfin l'explication à mon absence des derniers temps:

pied

Mon petit Jules est arrivé le 14 août, évidemment il nous remplit de bonheur, mais les journées sont bien courtes!

J'ai quand même lu ces derniers temps (à un rythme bien moins soutenu, comme prévu), et j'avais des chroniques en retard, alors voici vite fait un petit panorama de mes dernières lectures:

échange des princessesL'échange des princesses, de Chantal Thomas au Seuil: j'avais entendu parler de ce livre au Masque et la Plume, et ils m'avaient beaucoup donné envie de le lire. Ca tombe bien, il était à la bibli. J'adore les romans historiques, donc je partais dans de bonnes dispositions, et j'ai été surprise et emballée par le décalage entre une langue très moderne et un sujet fort ancien (rien que la première phrase, d'ailleurs: "La gueule de bois n'a jamais empêché les bonnes idées", se dit Philippe d'Orléans en fermant les yeux dans les forts parfums de son bain.)! Ma note: ****

village des cannibales

Le village des "cannibales" d'Alain Corbin chez Flammarion: cet essai historique est consacré à l'affaire de Hautefaye, en Dordogne (de mon pays, quoi), qu'avait romancé Jean Teulé dans Mangez-le si vous voulez (lu, pas chroniqué, un peu déçue). J'avais déjà lu et beaucoup aimé Alain Corbin avec Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot, et j'ai une fois de plus apprécié son propos et notamment son analyse de la situation politique et sociale de l'époque et son importance quant au drame, mais il faut quand même reconnaître que ce n'est pas une lecture funky-funky, voire un brin rébarbative. On n'est clairement pas dans la lecture plaisir, mais dans la lecture savoir. Ma note: ***

 

 

beyond reachBeyond reach de Karin Slaughter chez Dell: un nouveau roman d'une de mes auteures de polars préférées, on suit toujours la vie (et les enquêtes) de Sara Linton, pédiatre et médecin légiste, et de son mari Jeffrey Tolliver, chef de la police locale. Nos deux héros partent investiguer dans un autre comté, pour venir en aide à Lena Adams, subordonnée de Jeffrey et accessoirement suspecte d'un meurtre horrible. Toujours une lecture que j'adore, et la fin de celui-ci, oh my, m'a vraiment surprise... Ma note: ****

bébé boum

Bébé boum de Josée Bournival chez Kennes: un roman québecois qui m'a été offert, dans lequel on suit la grossesse de quatre femmes avec bien sûr des problématiques et des histoires personnelles différentes. Je l'ai lu car bien sûr le sujet me touchait de près, mais je n'étais pas emballée outre mesure. J'ai trouvé qu'il s'agissait de chick lit sans grand intérêt, les personnages sont grossiers, les histoires plus ou moins abracadabrantes... Dans la galerie de portrait il manque une femme - ou plutôt un couple - chez qui tout se passe bien, dans la joie et la sérénité. Mais évidemment, ce n'est pas ça qui fait une histoire... La suite existe, mais je ne le lirai pas, à moins que l'on m'offre celui-là aussi. Ma note: **

 

je ferai de toiJe ferai de toi un homme heureux de Anne B. Ragde traduit par H. Hervieu chez Balland: j'avais envie de donner une nouvelle chance à l'auteure, et la quatrième de couverture m'a séduite (en gros, une galerie de portraits de femmes norvégiennes d'un même immeuble dans les années 60). Mais le contenu est beaucoup moins savoureux que je m'imaginais (voire pas drôle du tout), et je regrette que les différentes femmes soient caractérisées seulement par le rapport au ménage et à leurs enfants. Je crois que cela marque mon divorce définitif d'avec Anne B. Ragde. Ma note: **

 

feast for crowsA feast for crows de George R.R. Martin chez Bantam: on ne change pas une équipe qui gagne, on prend les mêmes et on recommence, tout ça tout ça. Beaucoup de plaisir de lecture toujours, même si je regrette l'absence de certains de mes chouchous. J'ai cru comprendre que ce roman se déroule en parallèle du "suivant", A dance with dragons, qui donc ne lui succède pas sur le plan chronologique (enfin pas complètement, c'est compliqué cette affaire), et dans lequel je devrais retrouver mes chéris. Attention l'auteur est facétieux, il y a des personnages principaux (au moins un en tout cas) qui changent de nom en cours de route... Ma note: ***

 

lamentation prépuceLa lamentation du prépuce de Shalom Auslander traduit par B. Cohen chez Belfond: je connais très mal la culture juive et cela m'attire beaucoup. Dans ce roman autobiographique, l'auteur issu d'une famille juive orthodoxe est persuadé que Dieu lui en veut personnellement et va tout faire pour le contrarier (au minimum). J'ai trouvé ce point de vue assez drôle, et permet à l'auteur de se lâcher et de dire tout le mal qu'il pense de sa religion et de son dieu. J'ai trouvé ça drôle et gonflé, mais un peu répétitif à la longue. Ma note: ***

 

sleep toward heavenSleep toward heaven de Amanda Eyre Ward chez Perennial: un roman choral où trois femmes prennent la parole, leurs destins se croisant dans le couloir de la mort d'un pénitencier pour femmes. Un des personnages est d'ailleurs nettement inspiré par la tueuse en série Aileen Wuornos. J'ai adoré ce roman, je l'ai lu d'une traite, même si c'est triste comme un jour de pluie. Ma note: ****