pingouinJ'ai lu Le pingouin d'Andreï Kourkov traduit par Nathalie Amargier en Points.

Première phrase: "Ce fut d'abord une pierre qui tomba à un mètre de son pied."

Ce livre m'a été prêté par une collègue qui l'avait beaucoup aimé.

Victor vit à Kiev avec son pingouin Micha, rescapé du zoo local qui a fait faillite. Ecrivain en mal de succès, il se voit confier par un journal la rédaction d'articles nécrologiques de gens toujours vivants. Sa tranquilité est mise à mal lorsque les gens sur lesquels il écrit se mettent à mourir mystérieusement. Et alors là, le roman nous plonge dans un quotidien de plus en plus absurde, où des événéments hors normes semblent être acceptés comme normaux. Trop absurde pour moi.

Je suis passée à côté de ce roman. Je ne l'ai pas compris, je n'ai pas bien saisi les tenants et aboutissants de l'intrigue policière, et je n'ai pas vu comment se situait le pingoin là-dedans (et en plus c'est un manchot).

Je sens qu'il y a sans doute un sens caché, mais pour moi il le restera à tout jamais. Je crois que je suis trop cartésienne pour ce genre de roman.

Ma note: ** (parce que quand même, je l'ai lu jusqu'au bout, curieuse de voir comment tout cela allait se terminer).