ferme des neshov J'ai lu La ferme des Neshov de Anne B. Ragde traduit par Jean Renaud en 10/18.

Première phrase: "Elle n'avait pas l'habitude de se réveiller si tôt."

Ce roman est le deuxième tome d'une trilogie, dont le premier tome était La terre des mensonges. Donc si vous n'avez pas encore lu le premier tome et que vous en avez le projet, ce n'est sans doute pas très avisé de lire ce qui va suivre.

La vieille est enterrée, chacun peut donc reprendre le cours de sa vie et regagner ses pénates. Torunn repart donc à la ville où elle retrouve son emploi et rencontre un homme charmant, Erlend et Krumme repartent à Copenhague, Margido repart à ses cercueils, et Tor se retrouve seul avec ses cochons, et avec le père. Et sans la retraite de la mère, on ne peut pas dire que les finances de la ferme soient brillantes.

Quand là-dessus il se casse la jambe, et qu'il faut trouver un remplaçant et une femme de ménage, la situation tourne au désastre. Heureusement Torunn revient pour l'aider à s'occuper des cochons, car mine de rien, cela ne lui déplait pas. Pourtant la cohabitation avec ce père nouvellement apprivoisé est très difficile, elle découvre notamment l'extrême solitude dans laquelle il se trouvait, et les choses tournent au drame.

J'avais été plus qu'emballée par le premier tome, je me suis donc jetée sur celui-ci comme la misère sur le monde. Et comment dire... ben j'ai un peu moins aimé. D'abord, le personnage d'Erlend que j'avais tant apprécié dans le premier tome m'a semblé complètement outré dans celui-ci. Et puis le roman se termine d'une manière que je n'avais pas vu venir et qui m'a presque choquée.

Par contre c'est très habile, car la fin à laquelle je fais allusion n'est pas clairement exprimée, même si l'on comprend ce qui se passe. Il faut donc lire le dernier tome pour être sûr d'avoir bien compris... et pour voir comment tout cela va tourner.

Ma note: ***