oliviers négusJ'ai lu Les oliviers du Négus de Laurent Gaudé chez Actes Sud.

Première phrase: "A cet instant précis, je pense au tombeau vide de Frédéric II, ce grand catafalque de marbre polychrome qui trône dans la cathédrale de Palerme, porté par quatre tigres, et qui, sans que personne ne le sache, ne contient, depuis des siècles, que du vent et un fond de poussière."

Petit recueil de quatre nouvelles assez longues (une quarantaine de pages chacune), dont les thèmes récurrents sont, pour changer, la guerre et la mort. La première donne le titre au recueil, et conte la vie d'un vieil italien illuminé, revenu traumatisé d'une campagne en Abyssinie et vouant un culte à Frédéric II. La deuxième, ma préférée, se passe chez les Romains, aux confins du monde civilisé, et met un soldat face à sa propre folie. La troisième, celle que j'ai le moins aimée, se passe pendant la Première Guerre Mondiale. La dernière, enfin, est un hommage aux juges anti-mafia, avec un point de vue narratif que j'ai trouvé assez original.

Laurent Gaudé est un écrivain qui ne me déçoit pas. J'aime vraiment ce qu'il fait, je trouve qu'il y a toujours un souffle épique dans ses histoires, je ne me suis d'ailleurs jamais remise de La mort du roi Tsongor. Après une petite déception lorsque je me suis aperçue qu'il s'agissait de nouvelles (ça m'apprendra à acheter un livre sans même le feuilleter), j'ai beaucoup aimé le contenu, j'ai retrouvé les ingrédients que j'aime tant chez Gaudé.

Ma note: ****

Et à part ça, ce soir je suis en vacances!