rivière à l'enversJ'ai lu le premier tome de La rivière à l'envers de Jean-Claude Mourlevat chez Pocket junior.

Première phrase: "L'épicerie de Tomek était la dernière maison du village."

Tomek est un orphelin de treize ans et il tient la petite épicerie de son village. Il commence justement à s'ennuyer dans sa petite vie douce mais monotone lorsque passe une belle jeune fille, Hannah, qui cherche de l'eau de la rivière Qjar, la rivière qui coule à l'envers, car c'est une eau qui empêche de mourir. Fasciné, Tomek n'a pas la présence d'esprit de chercher à faire connaissance avec Hannah. Après son départ, intrigué tant par Hannah que par la rivière à l'envers, Tomek quitte son village pour retrouver la jeune fille. Son périple l'emmène dans la forêt de l'oubli, qui efface le souvenir des gens qui la traversent pour ceux qui sont restés au-dehors; chez les Parfumeurs, de charmantes petites personnes qui créent des odeurs de souvenirs; sur l'île Inexistante, dont on a bien du mal à repartir; et enfin à la Montagne Sacrée, où remonte la rivière à l'envers.

J'aime beaucoup Jean-Claude Mourlevat, auteur de littérature jeunesse et ado. J'avais notamment adoré Le combat d'hiver, lu il y a quatre ans déjà. Ses héros sont toujours des enfants ou de jeunes adolescents, et l'écriture est assez mélancolique (ses héros sont souvent orphelins ou séparés de leurs proches), mais très romanesque, puisqu'il s'agit très souvent d'une quête au cours d'un long voyage. On retrouve dans celui-ci ces deux caractéristiques.

J'ai suivi avec plaisir les aventures de Tomek, mais je n'ai pas trouvé ce truc en plus qui fait que d'habitude, j'adore. Ce n'est pas déplaisant, ce n'est pas mal fait, mais ça en reste là. Peut-être est-ce trop court, trop condensé, et du coup les états d'âme des personnages ne sont pas assez développés. Cela reste un joli conte, mais on ne vibre pas pour les héros. Une mention spéciale quand même pour Marie, qui revient tous les ans sur la tombe de son mari bien-aimé, mais qui n'y pleure pas car elle préfère "célébrer la vie comme avant, comme avec lui." Du coup, je lirai le deuxième volet, consacré à Hannah, si je tombe dessus, mais je ne le rechercherai pas à tout prix.

Ma note: ***