le nainJ'ai lu Le nain de Pär Lagerkvist traduit par Marguerite Gay chez Stock.

Première phrase: "Je mesure vingt-six pouces mais je suis parfaitement bâti, avec les proportions requises, sauf que j'ai la tête trop forte."

Nous voici donc plongés dans le journal intime d'un nain de cour, Piccolino. Mais n'allez surtout pas croire que Piccolino est un bouffon, car c'est très loin d'être le cas. Au contraire, il semble dénué de tout sens de l'humour, comme de toute autre émotion, d'ailleurs. Egoïste, criminel, cruel... charmant personnage!

J'ai été fascinée par les premières pages, puis mon rythme de lecture s'est ralenti, avant de reprendre sur la fin. Une lecture particulière, faite de fragments disjoints, que je ne conseillerais pas à n'importe qui.

Ma note: 7,5/10