think of a numberJ'ai lu Think of a number de John Verdon chez Broadway (titre en français: 658).

Première phrase: "Where were you?" said the old woman in the bed.

Dave Gurney est un policier jeune retraité. Pour faire plaisir à sa femme, il s'est installé à la campagne; où il trompe son inactivité en réalisant des portraits des tueurs en série qu'il a arrêtés. Dave remet le pied à l'étrier lorsqu'une de ses connaissance de jeunesse le contacte avec une curieuse affaire. Après des années de boissons, Mark Mellery est devenu un espèce de gourou, dirigeant des séminaires destinés à des gens aussi riches que malheureux. Tout va donc fort bien pour lui jusqu'à ce qu'il reçoivre une lettre anonyme, dans laquelle son mystérieux interlocuteur parvient à deviner un nombre au hasard (le fameux 658 du titre français). Mellery se sent mis en danger (et la suite lui donnera vite raison), et demande à Dave de trouver qui a pu lui envoyer cette lettre, et donc qui a pu lire ainsi dans ses pensées.

J'avais repéré ce roman sur un blog, et ma foi je l'ai trouvé fort honnête. Pas de tueries horribles et détaillées, mais un espèce de challenge intellectuel: comment le méchant parvient-il à deviner un nombre au hasard? La réponse à cette question est finalement très logique, comme tous les éléments de ce roman; mais du coup cette logique sans faille semble un peu in-croyable. Le mystère central fait que l'on tourne les pages les unes après les autres, d'autant plus que les chapitres sont très courts. Un bon vieux whodunit, en fait.

Malgré tout, j'ai plutôt aimé le personnage de Dave Gurney, d'autant plus que tout le long du roman il m'a semblé engagé dans un chemin que je ne cautionnais pas, sur le plan privé, mais que finalement "all is well that ends well". Du coup, je pense que je lirai le deuxième roman de la série, Shut your eyes tight (N'ouvre pas les yeux).

Ma note: 8,5/10