arsène lupinPour cette nouvelle édition du Blogoclub, j'ai lu Arsène Lupin, gentleman cambrioleur de Maurice Leblanc, sur mon petit reader.

Première phrase: "L'étrange voyage! Il avait si bien commencé cependant!"

Lorsque le thème de la lecture libre autour de Maurice Leblanc a été arrêté, j'ai été à la fois enthousiaste et perdue. Enthousiaste, car la grande lectrice de polars que je suis est toujours ravie de découvrir des classiques du genre. Perdue, car je n'y connais rien du tout en Arsène Lupin. J'ai donc bêtement commencé par ce qui m'a semblé être le commencement: il semble que le personnage d'Arsène Lupin a été créé pour la nouvelle "L'arrestation d'Arsène Lupin", publiée en 1905, et qui ouvre le recueil Arsène Lupin, gentleman cambrioleur. C'est donc ainsi que j'ai fait connaissance avec ce bon vieil Arsène.

De notre rencontre, vieille déjà de plusieurs semaines, je vais garder un souvenir assez agréable, mais ma foi assez peu marquant également. A la relecture des titres des nouvelles, je me rends compte que certains ne m'évoquent déjà plus rien du tout. Mais d'autres nouvelles sont encore bien présentes, dont la nouvelle d'ouverture ou encore la nouvelle suivante, "Arsène Lupin en prison".

Si les intrigues ne m'ont pas toutes laissé de souvenirs impérissables, j'ai apprécié le personnage principal, assez nuancé et capable d'autodérision. J'ai trouvé finalement assez drôle que ce héros insaisissable se fasse arrêter dès la première nouvelle. Même s'il n'est pas resté bien longtemps en prison, cela implante dans la tête du lecteur que si c'est arrivé une fois, cela pourrait très bien se reproduire.

Donc enchantée Arsène, ravie d'avoir fait ta connaissance, mais je pense que nos rencontres vont rester assez irrégulières.

Ma note: 7/10

Pour la prochaine édition du blogoclub, qui aura lieu le 1e septembre, nous sommes en train de plancher sur le thème du roman choral (roman à narrateurs multiples).