roman_monsieur_moli_reJ'ai lu Le roman de monsieur de Molière de Mikhaïl Boulgakov traduit par Michel Pétris chez Folio.

Première phrase: "Une accoucheuse qui avait appris son art à la maternité de l'Hôtel-Dieu de Paris sous la direction de la fameuse Louise Bourgeois délivra le 13 janvier 1622 la très aimable madame Poquelin, née Cressé, d'un premier enfant, un prématuré de sexe masculin."

Ce livre a été une vraie révélation: quelle modernité dans ce texte de 1933! C'est vivant, c'est dynamique, les procédés narratifs sont loin d'être classiques, comme dans ce premier chapitre où l'auteur imagine ce qu'il aurait voulu dire à cette accoucheuse, lui expliquer à quel point l'enfançon qu'elle tient est précieux pour l'histoire du théâtre. Tellement moderne, et pourtant écrit il y a près de 80 ans...

Car effectivement, le titre du livre soulève un point important: lit-on un roman ou une biographie? En d'autre terme, jusqu'à quel point peut-on faire confiance à l'auteur pour ce qui est de la vérité histoirique, où est la limite entre les faits établis et la liberté de l'écrivain? Quoi qu'il en soit c'est passionnant. On suit l'histoire de l'homme, puis de la troupe, quasiment au quotidien. Boulgakov présente Molière sous un jour nuancé, c'est à dire que l'on voit aussi les mauvais côtés du grand homme, comme son caractère pour le moins difficile. Il ne jette pas non plus un voile pudique sur le mariage problématique entre Molière et Armande Béjart: celle-ci est-elle vraiment la soeur de Madeleine, le grand amour de Molière?

Bref un régal de lecture, qui nous met dans la position du gentilhomme sur la couverture: on entrouvre les rideaux de l'Histoire pour y jeter un coup d'oeil curieux...

Ma note: 9/10