ouraganJ'ai lu Ouragan de Laurent Gaudé chez Actes Sud.

Première phrase: "Moi, Josephine Linc. Steelson, négresse depuis presque cent ans, j'ai ouvert la fenêtre ce matin, à l'heure où les autres dorment encore, j'ai humé l'air et j'ai dit: "Ca sent la chienne."

Difficile d'oublier les images de l'ouragan Katrina à la Nouvelle Orléans en août 2005. Difficile d'oublier pour nous qui avons vu, et encore plus pour ceux qui l'ont vécu.

Laurent Gaudé fait donc parler quelques personnages pour nous raconter les événements en 12 chapitres: "Une lointaine odeur de chienne", "A son approche", "Le déluge", "D'un coup, le silence", "Cours, petit négrillon", "Maîtres des rues", "La foule des vaincus", "Les digues cèdent", "Laissez passer la Louisiane", "O le long baiser, et la mort", "La meute", et "Le chant négresse".

Au cours de ces 12 chapitres, on suit l'histoire individuelle de plusieurs personnages: Josephine la vieille négresse (comme elle s'appelle elle-même), Rose et Keanu les amoureux contrariés, un révérend halluciné, Buckeley le prisonnier... Leurs voix se succèdent, paragraphe après paragraphe, les noms sont rarement employés mais on n'en a pas besoin pour reconnaître en quelques lignes qui parle, pour compléter petit à petit le portrait et l'histoire de ces individualités.

Ce n'est finalement pas l'histoire de l'ouragan que nous conte Laurent Gaudé, mais bien celle d'individus dans la tourmente, avec chacun leur histoire, leurs force et leurs faiblesse.

J'ai beaucoup aimé ce nouveau roman de Gaudé, comme j'avais aimé le précédent, La porte des Enfers. Pendant quelques scènes, j'ai entendu l'écho de La mort du roi Tsongor, c'est dire...

Ma note: 8,5/10