funerariumJ'ai lu Funérarium de Brigitte Aubert au Seuil.

 

Première phrase: "Entièrement nu, bras et jambes écartés, le vieil homme était sanglé sur l'étal carrelé de blanc, souillé de sang et de matières."

 

Léonard "Chib" Moreno est thanatopracteur: voilà un métier peu courant et peu ragoutant. Surtout quand une mère de famille bouleversée, BCBG vieille France catho, lui demande d'embaumer sa petite fille, morte accidentellement, pour qu'elle soit exposée dans une châsse en verre au cœur de la chapelle familiale (creepy!).

 

Chib accepte ce curieux travail, et se met rapidement à douter du caractère accidentel de la mort de la petite. De plus, il est fasciné par la mère de famille, qui a eu la douleur de perdre déjà deux enfants. De fil en aiguille, Chib se fait familier de cette famille cliché, manoir, domestiques, enfants nombreux... et secrets bien gardés.

 

Il y a dans ce roman une atmosphère très particulière, on est en permanence sur le fil du rasoir en compagnie du héros, qui se demande constamment ce qu'il fait là; ce que l'on comprend. Ce n'est pas horrible dans le sens où il n'y a pas de scènes très très beurk (quoique), mais il y a une tension constante qui pousse à tourner les pages. Bref, j'ai trouvé que ce roman était réussi, jusque dans sa chute, loin d'être convenue.

 

Ma note: 8/10