cuisiner_sentimentJ'ai lu Cuisiner, un sentiment de Jacky Durand chez Carnets nord.

Première phrase: "C'était un soir de brouillard givrant en janvier."

Ce livre m'a été gracieusement envoyé par les éditions Carnets nord (que je ne connaissais pas, au demeurant). L'auteur est chroniqueur à Libération: on peut retrouver ses chroniques , qui paraissent chaque jeudi, ici.


Ce livre est divisé en courts chapitres, tous consacré à un plat ou un aspect de la cuisine. Après une ou deux pages dans lesquelles l'auteur nous livre ses souvenirs, ses convictions, ses coups de cœur, vient une recette illustrant le chapitre.


Ce livre sympathique n'a pas bouleversé ma conception de la cuisine, il reprend de nombreux thèmes déjà abordés: c'est dans les vieux pots qu'on fait la meilleure soupe, mieux vaut une bonne vieille potée bien roborative qu'un plat chichiteux, et ah qu'ils sont jolis nos marchés de France. De plus, on sent qu'il s'agit d'une collection de chroniques indépendantes, car il y a des répétitions de morceaux de phrase qui sautent aux yeux quand on lit le livre rapidement.
Malgré cela, les pages se tournent rapidement, quelques traits d'esprits viennent relever l'ensemble, et certaines recettes m'ont l'air ma foi bien sympathiques. De plus, Jacky Durand a le bon goût de ne pas vanter à longueur de pages le homard breton, la truffe blanche d'Alba, le caviar Béluga ou une quelconque épice inconnue au bataillon, ce qui a le don de m'énerver car je trouve cela affreusement frustrant et très élitiste (spéciale dédicace à l'ami Ducasse).

J'ai donc découvert par ce livre une maison d'édition et un auteur, et je pense que je vais suivre régulièrement ses chroniques, car si elles ne sont pas à contre-courant elles ont au moins le mérite d'être savoureuses.

Ma note: 7/10