ce_doux_paysAfin de me replonger dans mes souvenirs de vacances, j'ai lu Ce doux pays d'Ake Edwardson traduit par Marie-Hélène Archambeaud chez JC Lattès.

 

Première phrase: "D'aussi loin que je me souvienne, il y a toujours eu le sable."

 

Je suis tombée sur ce livre à la bibli de mon village, et je l'ai pris sans trop réfléchir simplement parce qu'il se déroulait en Suède. Je dois maintenant me résoudre à l'évidence: cela ne fait pas tout, qu'un roman se passe en Suède!

 

Ce roman ne restera pas longtemps dans mes souvenirs: j'ai trouvé l'intrigue très poussive, avec des éléments que je pensais capitaux et qui ne sont finalement que très secondaires, et des personnages peu attachants. De plus, je pensais que le statut d'immigrés des victimes et des suspects seraient exploité de manière plus efficace, plus marquante.

Je ne suis pas plus convaincue par la construction: le récit principal alterne avec des souvenirs d'un personnage, anonyme jusqu'au dernier moment, concernant sa fuite d'un pays en guerre. Je n'ai rien contre ce procédé, bien au contraire, mais je ne sais pas, j'ai trouvé que cela ne fonctionnait pas. En effet, on ne trouve pas de réponses dans ce récit originel aux énigmes du récit principal. Bref, une figure de style qui ne se justifie pas vraiment.

Et enfin, ma plus grosse déception: mais bon sang, où est la Suède là-dedans? J'ai choisi ce roman pour ça, pour y retourner par l'esprit. C'est complètement loupé. Je ne sais si je dois en vouloir à la traductrice ou à l'éditeur, mais les choix de traduction ne me satisfont pas du tout. Tous les noms de rue sont traduits: certes ces noms sont souvent prétextes à des réflexions des enquêteurs. Mais comme j'aurais préféré des NdT en bas de page! Sans parler des kanelbullar si typiques, si emblématiques, qui deviennent dans ce roman de banales brioches à la cannelle...

Ma note: 5/10
(pas moins quand même, car je suis quand même allée jusqu'au bout)

PS: Encore un polar scandinave qui se passe pendant une soi-disant "canicule". Je vais commencer à soupçonner les offices du tourisme nationaux de faire du lobbying auprès de leurs auteurs pour qu'ils fassent croire au reste du monde que la Scandinavie n'a rien à envier à l'Andalousie...