world_without_endJ'ai lu World without end de Ken Follet chez Signet (titre en français: Un monde sans fin).

 

Première phrase: "Gwenda was eight yeras old, but she was not affraid of the dark."

 

Ce roman est souvent présenté comme la suite de The pillars of the earth (Les piliers de la terre), du même auteur. Cependant, si l'histoire se déroule dans la même ville de Kingsbridge et met en scène des descendants lointains des premiers héros, il peut se lire de manière complètement indépendante. Voire le lecteur gagnerait à oublier le premier opus avant de lire le second.

 

Je m'explique: lorsque j'ai lu le premier, j'avais manifesté le désir de lire rapidement la suite. Un certain nombre d'entre vous m'avait mise en garde et m'avait conseillé d'attendre un peu. J'étais toute disposée à suivre ces conseils avisés, sauf que je suis tombée en panne de lecture pendant mon voyage en Norvège. Et la petite librairie de Vaga ne proposait que quelque titres en anglais, dont celui-ci (parce que le norvégien, je ne maîtrise pas vraiment). Alors je me suis laissée tenter.

 

Comme pour le précédent opus, cela fonctionne: les pages se tournent toutes seules (heureusement, parce que 1025 pages dans mon édition poche écrite tout petit, quand même). On s'attache aux personnages principaux, on se passionne pour les disputes incessantes entre le prieuré et la guilde, on déteste les méchants, on compatit aux malheurs des gentils. Et évidemment le Moyen Âge, que du bonheur.

 

Mais. Mais on retrouve des personnages très proches de ceux des Piliers (le méchant, très méchant chevalier). Mais l'auteur a tendance à tomber dans les péripéties faciles, trop grosses et inutiles dans les 300 dernières pages. Mais les réactions de certains personnages me semblent difficile à imaginer dans la réalité. Mais il fait vivre trop de choses à son héroïne Caris.

 

Donc si j'ai beaucoup aimé cette lecture, un certain nombre de reproches viennent en assombrir la fin. Je pense que l'auteur aurait du se contenter de 700 ou 800 pages, sans vouloir en faire trop. En in, certaines complications de l'histoire ne trouvent de justification que si une suite (une vraie suite, ce coup-ci, avec les mêmes personnages) est prévue. Mais si elle fait 1000 pages de mieux, il se pourrait que je la lise en diagonale...

Ma note: 7,5
(parce que malgré tous les reproches que je lui fais, c'est quand même un bouquin très sympa à lire)