nuit_hiver_voyageurJ'ai lu Si par une nuit d'hiver un voyageur d'Italo Calvino traduit par Danièle Sallenave et François Wahl aux éditions du Seuil (édition différente de l'illustration).

 

Première phrase: "Tu vas commencer le nouveau roman d'Italo Calvino, Si par une nuit d'hiver un voyageur."

 

Attention, bouquin bizarre. Je l'ai lu car je pensais l'utiliser pour mon mémoire professionnel, mais finalement je n'y ai pas trouvé ce que je cherchais sur ce plan-là. Par contre, j'ai lu avec grande curiosité ce bouquin très particulier.

 

Deux sortes de chapitres alternent: dans les chapitres du premier type, le narrateur s'adresse au Lecteur. Au départ, ce qui est raconté est très proche de la réalité du lecteur, mais petit à petit, le héros, désigné Lecteur, va partir dans une quête complètement folle des fins de romans qu'il commence. Car dans la deuxième série de chapitres sont présentées les lectures du Lecteur. Une dizaine de pages d'une nouvelle histoire, puis le roman est interrompu pour des questions matérielles. Une dizaine de pages, c'est assez pour que le Lecteur ait envie de lire la suite. Et c'est également suffisant pour que le lecteur se soit laissé embarqué dans la nouvelle histoire.

Au début, j'ai été très enthousiasmée par ce que je lisais: je trouvais le procédé génial (lire l'histoire d'un lecteur qui lit le livre que nous lisons). Mais quand la quête du Lecteur a commencé à s'embarquer dans du grand n'importe quoi, les chapitres qui lui étaient consacrés m'ont semblé plus pesants. Par contre, c'est avec un plaisir renouvelé que j'ai lu les chapitres "incipit de romans dont on ne saura jamais la fin". A chaque nouvelle histoire, moi aussi j'aurais aimé lire la suite. J'aurais espéré une autre fin, qui aurait fait se rencontrer les différents récits ébauchés dans ce livre...

Ma note: 8/10

D'autres avis: Kalistina, Praline,