prodigal_summerPour cette nouvelle édition du blogoclub placée sous le signe des vacances et du dépaysement, j'ai donc lu Prodigal summer de Barbara Kingsolver chez Faber and Faber (titre en français: Un été prodigue).

 

Première phrase: "Her body moved with the frankness that comes from solitary habits."

 

J'avoue sans honte que je n'avais jamais entendu parler de cette auteure avant le vote du club, même s'il semble qu'elle jouisse d'une certaine notoriété, et que certains lecteurs-bloggeurs ont déjà lu toute son oeuvre.

 

Il m'aura fallu trois bonnes semaines pour achever ma lecture, mais n'allez pas en déduire que je n'ai pas aimé. Car au contraire, ce roman m'a vraiment séduite. Si a priori il ne se rattache que d'un peu loin au thème (il se déroule le temps d'un été), il m'a vraiment dépaysé et fait des vacances dans mes révisions!

 

Trois femmes, trois histoires dans ce roman, un chapitre concernant chacune à tour de rôle. Deanna, femme mûre retirée de la civilisation, garde forestier qui vit en recluse dans une cabane à flanc de montagne. Lusa, jeune veuve, se retrouve coincée dans la ferme de son jeune mari soudainement décédé, sous le regard accusateur de ses nombreuses belles-sœurs, et du reste du comté qui se demande ce que va faire la citadine maintenant qu'elle n'a plus vraiment de raison de rester. Et Nannie, une dame un peu âgée mais tellement dynamique et moderne qu'elle fait tourner son voisin en bourrique. Trois femmes, mais également trois hommes, deux vivants et un mort, et des relations différentes qui se nouent dans chaque tandem. Et sur ces trois histoires plane l'ombre du coyote, des insectes et de l'amour de la nature.

 

Il va sans dire que ces personnages ont quand même quelques liens entre eux, même si le dénouement n'est pas celui auquel je m'attendais (je voyais venir une sorte de scène chorale, où les trois femmes se retrouvent en présence les unes des autres). Mais finalement, ce n'est pas très important: ces trois histoires sont tellement fortes, tellement captivantes (notamment celles de Deanna et de Lusa) qu'elles se suffisent à elles-mêmes, elles n'ont pas vraiment besoin d'être reliées entre elles.

 

Les chapitres consacrés à Deanna m'ont vraiment fait rêver, tant je me disais que cette femme a sans doute raison, et que le bonheur quotidien qu'elle a su créer est d'une qualité absolument incomparable. Ceux consacrés à Lusa m'ont émue, et je suis contente de voir qu'une intrigue que je voyais se dessiner à ma grande horreur a finalement trouvé un dénouement qui me convient (un peu vague, mais je ne voudrais pas vendre la mèche). Quant à Nannie, son histoire est attendrissante et amusante, grâce au personnage du vieux ronchon de Garnett, son voisin veuf, et vient apporter un peu de folie dans ce roman.

 

Seule l'histoire de Nannie connaît d'ailleurs une vraie fin, les deux autres histoires restent elles en suspens, comme si c'était maintenant à nous d'imaginer la vie des deux femmes, et de leur choisir des destinées suivant notre nature, optimiste ou pessimiste. J'aime cette non-fin.

 

Bref, un bilan positif de ce roman qui est pour moi une vraie découverte, et qui me donne envie de me pencher sur l'œuvre de Barbara Kingsolver. Merci donc à la bloggeuse qui nous avait proposé ce titre, une fois encore le club a pleinement rempli son rôle en ce qui me concerne: celui de l'ouverture et des bonnes surprises!

Ma note: 8.5/10

Les avis des participants du blogoclub:Sylire, Malice, Tamara, Anjelica, Karine, Ori, Yvon, Antigone, Clochette, Kattylou, Praline, Lou, Florinette, Arlette, Martine, Kathel, Nina, Wakinasimba, Suzel, Catherine,
 

Chimère et Cathe n'ont même pas pu le finir tellement cela leur tombait des mains.
 

Papillon, Belledenuit et Valériane ont lu Une rivière sur la lune, Beatrix a lu Les yeux dans les arbres, Sully (notre deuxième garçon!) a lu L'arbre aux haricots.

Joëlle a choisi de lire Quatre filles et un jean deAnn Brashares.

Pour le 1er septembre, sur le thème du Japon, nous lirons:Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil de Haruki Murakami.

Vous pouvez envoyer vos propositions pour le 1er novembre, sur le thème des Etats-Unis (élections présidentielles obligent) à lecturecommune@yahoo.fr .

PS du 02/07/08: Vous êtes plusieurs à vous "espanter" de voir que je lis en anglais. En effet, j'essaie autant que possible de lire des romans en VO, mais je suis souvent freinée par le prix (les poches en anglais sont beaucoup plus chers qu'en français) et la disponibilité, même si les bibliothèques des grandes villes ont en général de très beaux rayons en VO. En même temps, mon mérite n'est pas si grand: j'ai fait des études d'anglais, et je suis titulaire d'un "DESS de traduction et traductologie pour l'édition et le marché du livre" en anglais. En gros, j'aurais pu être traductrice littéraire, si j'avais trouvé un boulot là-dedans. Donc encore heureux que je puisse lire les bouquins en anglais! De plus, je me force un peu à lire quelques romans en anglais tous les ans, tout simplement afin de maintenir mon anglais! Parce qu'après 3 ans loin des bancs de la fac et aucune excursion en pays anglophone, à mon avis j'aurais beaucoup perdu autrement!
Si vous parlez un petit peu une langue étrangère et que vous êtes intéressés par une lecture en vo, un seul conseil: lancez vous! Trouvez un livre qui vous intéresse pour le fond: rien de tel qu'une histoire captivante pour aller au-delà des difficultés de la langue. Surtout ne vous jetez pas sur le dictionnaire à chaque mot inconnu: même si il y a une phrase entière que vous en comprenez pas, vous comprendrez quand même l'essentiel de l'intrigue.

Si certains d'entre vous sont vraiment intéressés par la lecture en vo, contactez-moi par mail (llisa2433@yahoo.fr) et je vous enverrai la liste des titres que l'on m'a fait lire au lycée, en anglais (plusieurs) et en espagnol (un seul).