... je suis présente! Paulo et Joelle m'ont transmis ce petit questionnaire, dont je m'acquitte avec retard (mais plaisir).

Que dois-je faire?

Mettre le règlement sur mon blog (ça, c'est fait)
Répondre aux six questions (ça, ça va être fait)
Tagger six personnes (six??!! je me contenterai d'une!)
Avertir la personne sur son blog

Un aliment ou un produit que je n'aime pas du tout:

J'imagine que là, on parle d'un aliment qu'il est absolument hors de question que j'envisage ne serait-ce que de goûter, et non pas des trucs que je n'aime pas mais que je pourrais avaler histoire de faire plaisir à la maîtresse de maison, comme le café en cuisine et le poisson cru. Donc ce que je n'envisage pas de manger dans les, disons, 20 ans qui arrivent, c'est la langue de bœuf. Traumatisée par la cantoche, on voyait même les papilles! Rien que d'y repenser, j'ai le cœur au bord des lèvres...

Mes trois aliments favoris:

Seulement trois? Dur dur... Puisqu'il faut choisir, je dirais les saint jacques, le magret de canard et le fromage.  Mais il n'est pas impossible que j'ai d'autres idées dans les minutes qui arrivent...

Ma recette favorite:

A faire ou à manger? A faire, j'imagine. Alors en ce moment (car cela est très cyclique) il s'agit des petits carrés au citron dont j'ai trouvé la recette ici: pas d'ingrédient à dormir dehors, vite fait, inratable, au citron j'aime ça, et ça fait toujours son petit effet. A conseiller à ceux qui pensent ne pas savoir cuisiner!

Ma boisson de prédilection:

7 AM: un thé sans sucre
7 PM: un whisky-coca bien frais

Le plat que je rêve de réaliser et que je n'ai toujours pas fait:

Pas facile de répondre, car en général j'ose. Cependant, je dirais la terrine de foie gras mi-cuit. Parce que ma mère le fait tellement bien que ça ne semble pas la peine d'essayer, parce que ça à l'air affreusement minutieux, que du coup ça risque faire cher le ratage, et que ça fait quand même beaucoup pour deux.

Mon meilleur souvenir culinaire:

Oulà il y en a beaucoup, pour la grande gourmande que je suis! A égalité: la lotte à l'américaine de ma grand-reum, et un dîner chez Ithurria à Ainhoa (j'y ai découvert les asperges sauvages ou ornithogales, et j'ai constaté que le lapin n'était pas une viande sèche - en tout cas pas chez eux).

Je passe la fourchette à ma chère Sylire, co-animatrice du blogoclub de lecture, dont je ne sais rien des goûts culinaires!