rencontreLe week-end dernier j'ai lu La rencontre: l'histoire véridique de Ben MacDonald de Allan W. Eckert traduit Henri Theurau pour Le livre de poche jeunesse.

Première phrase: "Ce sont les Indiens qui connaissaient le mieux cette puissante rivière coulant vers le nord."

Cette histoire, qui se déroule dans la vaste prairie canadienne, s'intéresse à un petit garçon de 7 ans, Ben, beaucoup plus à l'aise avec les animaux qu'avec les humains. Il est le benjamin d'une fratrie de quatre enfants, les trois grands vont à l'école, alors il passe ses journées seul à imiter et à suivre différents animaux, domestiques ou sauvages. En parallèle, l'auteur nous raconte la vie quotidienne de Dame blaireau, ses talents pour construire des terriers et son dur quotidien avec sa nouvelle portée. Puis un jour a lieu la rencontre. Ou du moins la première rencontre. Car après une brève entrevue, les deux héros vont être amenés à se revoir beaucoup plus longuement, jusqu'à devenir inséparables.

J'ai eu un mal fou à rentrer dans cette histoire, qui pourtant m'attirait bien à la lecture de la quatrième de couverture. Ce n'était sans doute pas trop le moment pour moi de lire cette aventure. En plus, j'ai vraiment été gênée par les passages naturalistes sur les blaireaux: trop détaillés, mal intégrés à l'histoire. En plus, ce roman est truffé de mots savants: certains m'étaient même totalement inconnus, alors j'imagine ce que pourrait donner la lecture de ce roman dans une classe de cycle 3.

Malgré toutes ces (grosses) réserves, je me suis accrochée, et j'ai fini par aimer. Pas en bloc, mais au final j'ai plutôt aimé cette histoire d'amitié singulière, si originale, et si triste. On ne peut pas dire que ce roman soit d'une gaieté folle, mais il est joli une fois qu'on a surmonter toutes les longueurs et les détours.

Ma note: 6.5/10