construire_un_feuJ'ai lu Construire un feu de Jack London traduit par Christine le Boeuf pour Actes Sud Junior.

 

Alors là, c'est du bon. Du très bon. Du qui vous marque, du qui vous empêcherait presque de dormir.

 

Un trappeur qui sait tout mieux que tout le monde s'engage un jour de très grand froid sur une piste pour rejoindre un campement à quelques heures de marche, un de ses chiens sur ses talons. Il repense vaguement aux conseils des vieux, qui disent qu'il ne faut pas marcher tout seul par un froid aussi intense, mais pensez-vous, monsieur est meilleur que les autres, pas à lui tout de même, les vieux ça raconte n'importe quoi. Et cet idiot de chien, pourquoi il n'est pas plus enthousiaste pour aller se geler les pattes par un temps de chien?

 

Et voilà, tout est dit. Arrive ce qui doit arriver, et j'en connais un qui aurait mieux fait d'écouter les anciens, et de se fier à l'instinct du chien. Bien fait pour lui. Sauf que j'ai trouvé l'histoire franchement cruelle, et que même au chaud dans mon lit j'ai eu l'impression de sentir moi aussi mes membres geler. J'ai adoré, tout en trouvant ça très trash. Et pathétique.

 

Ce livre fait lui aussi partie de la liste du Ministère de l'EN. Et encore une fois je serais curieuse de savoir comment les enfants reçoivent ce genre de roman: perçoivent-ils toute la cruauté, toute la douleur qui s'en dégage?

Ma note: 9/10

Il y a quelques années, j'avais lu Croc-Blanc, et j'avais tout autant aimé. Jack London, je vous aime, même si vous me faites me geler dans mon lit.