mort_h_roineJ'ai lu la semaine dernière Mort d'une héroïne rouge de Qiu Xiaolong, traduit (de l'anglais) par Fanchita Gonzalez Battle chez Points.

Un corps de femme est repêché dans un canal. C'est l'inspecteur Chen qui hérite de l'enquête, avec son adjoint Yu. Très vite, ils identifient la victime: Guan était une travailleuse modèle de la nation, autant dire que l'enquête dans la Chine communiste est plus que minée...

J'ai été un peu décontenancée au début de cette lecture: les habitudes de vie de la Chine communiste, les dialogues empreints de dictons de Confucius...

Mais je me suis vite laissée prendre, et j'ai lu ce livre presque comme un documentaire sur la vie quotidienne. L'enquête est intéressante, car elle s'inscrit elle aussi dans ce cadre si particulier et si exotique. Attention, il ne s'agit pas d'un thriller haletant, avec rebondissement et volte-face toutes les deux pages! Non, le ton est calme, pondéré, mais captivant.

Et le top du top, le détail qui change tout pour moi, c'est que ce bon vieux Chen (qui n'est pas vieux, d'ailleurs) passe une bonne partie de sa vie à manger. Des trucs chinois, évidemment. Et je me suis régalée à la lecture de ses menus, de ses en-cas, de ses souvenirs culinaires. Sauf quand il a mangé du chat à Canton. Il n'a pas trop aimé ça, et j'ai compati sincèrement. Si je vais un jour en Chine, je n'irai pas à Canton ("Chen avait entendu dire qu'à Canton il n'existait aucun animal que les habitants n'aient pas trouvé le moyen de transformer en mets délicats": donc méfiance).

Bref, beaucoup de plaisir à cette lecture, et je lirai volontiers la deuxième aventure de l'inspecteur Chen, Visa pour Shangai.

Ma note: 8,5/10