2264021748J'ai dévoré L'objet de mon affection de Stephen McCauley, traduit par Philippe R. Hupp pour 10/18 domaine étranger. C'est simple: une fois que je l'ai ouvert, je ne l'ai plus lâché!! Déjà Middlesex, je l'avais lu rapidement. Mais là, je pense que je bats des records.

L'attachant George, homosexuel bien dans sa tête mais en quête du grand amour, partage sa vie et son appartement avec Nina, psychologue féministe qui à peur de s'engager dans une vraie histoire d'amour. Lorsque Nina découvre qu'elle est enceinte (de son petit ami Howard, einh, pas de George), elle décide de virer le père, pourtant fort patient et dévoué, et propose à George d'élever le bébé avec elle. Mais c'est à ce moment que George tombe amoureux de Paul, qui habite à plusieurs heures de route de lui. George doit alors choisir entre le confort douillet qu'il s'est créé aux côtés de Nina et la vraie vie avec Paul.

George est le narrateur. Un narrateur sensible, manquant de confiance en lui, mais terriblement drôle et sincère. D'ailleurs, l'auteur nous propose une belle brochette de personnages singuliers et amusants, parvenant à décrire leur état d'esprit en quelques lignes à peine (Joley l'amant égocentrique, Melissa l'excentrique friquée mais solidaire, la famille de George, complètement dysfonctionnelle mais tellement vraie...). Il est à noter que les homosexuels présentés dans ce livre aspirent aux mêmes bonheurs que la société héréro dans laquelle ils sont parfaitement insérés. Ceci n'est pas si courant, et est très certainement dû au fait que l'auteur est un gay assumé, donc il sait de quoi il parle, et ne tombe pas dans les clichés faciles (lire à ce sujet l'interview donnée à Têtu et reprise sur le site Coming Out).

Mon seul regret: une fin un peu rapide, qui survole les motivations et les sentiments des différents personnages...

L'amour est bien entendu le thême principal de ce roman, et on est parfois pas très loin de la "chick litt" (d'ailleurs mes petits yeux se sont plusieurs fois humidifiés dangereusement, mais ça c'est parce que je suis une vraie midinette à un point que c'en est franchement ridicule), mais j'ai vraiment adoré ce roman, et c'est le genre de livre qu'on souhaiterait ne jamais voir se terminer pour pouvoir rester longtemps en compagnie de George.

Donc ma note est enthousiaste: 9/10

Pour lire d'autres avis dans le cadre du Club de lecture des blogueuses, rendez-vous chez:
- Cuné
- Camille
- Frisette

Pour le 12 février, nous allons lire Les chemins de la bête, Andréa H Japp (chouette, un roman historique!)
Pour le 12 mars, nous allons lire Marie, de Marek Halter