Le Potentiel érotique de ma femmeJe viens de finir Le potentiel érotique de ma femme, de David Foenkinos. Avant de rentrer dans des considérations un peu plus élevées, faisons un petit calcul. Ce roman grand format était vendu 13,50 euros. Il commence p13, et se termine p145. Soit 132 pages à lire. Ce qui fait un tout petit plus de 10 centimes d'euro la page. Première conclusion: ça a intérêt d'être un chef-d'oeuvre, à ce prix là. Deuxième conclusion: décidement, j'adore la bibliothèque.

L'histoire, en gros, c'est un pauvre type qui est atteint de collectionnite, et qui en arrive à collectionner les moments où sa femme lave les vitres, moments où elle développe son potentiel érotique. Le tout entouré de personnages aussi pitoyables que le héros.

L'auteur a de l'humour, c'est indéniable. Mais au bout de quatre pages, je trouvais ses blagues foireuses et ses comparaisons bancales absolument lourdissimes. C'est pas que ce n'est pas drôle, mais ça fait trop plaqué. Bref, on peut pas dire que j'ai accroché. Mais le roman est court, donc je l'ai lu entier. En plus j'avais lu une critique qui disait que le dernier tiers était top. Ben j'ai pas vu où, alors. Même la fin m'a laissé pantoise de médiocrité. Ce n'est pas le côté improbable qui me dérange, mais je trouve que ça manque vraiment de finesse. Je pense que je ne lirai pas d'autres livres de cet auteur. D'ailleurs, j'ai vu que ma maman en avait un dans sa bibli, je lui ai demandé si elle avait aimé, et ce n'était pas le cas. Si j'avais acheté ce roman, j'aurais le sentiment de m'être faite avoir...