num_riser

Hier, jour de St Valentin, mes parents mangeaient avec nous. Donc pas de dîner d'amoureux. Par contre, j'avais vu sur une pub qu'un resto de Biarritz faisait un plateau de sushis-makis pour un prix relativement abordable. Et comme mon amoureux "adôôôre les sushis" (prononcer à la Chouchou), que ma maman était curieuse de goûter, et que j'avais moi aussi envie de me lancer, je suis allée chercher le fameux plateau.

imag0405

Nous voilà donc devant un joli plateau de sushis et de makis, avec du wasabi et du gingembre confit. Nous nous regardont tous en chiens de faïence, personne n'ose se lancer. De nous quatre, seul mon amoureux est sûr d'aimer les sushis (nous avions déjà mangé dans un resto japonais à Bordeaux, mais je n'avais pas voulou goûter), et seul mon papa est sûr qu'il n'a pas très envie de goûter. Ma maman est très curieuse de goûter, et moi j'essaie de me convaincre.

Je me lance en premier, en prenant un maki en bas à gauche de la photo. C'est pas mauvais, mais c'est tout. Ma maman goûte un sushi au saumon. Ne trouve pas ça mauvais. Mon papa goûte un sushi à la crevette par acquis de conscience. Ne trouve pas ça répugnant, mais décrète qu'il n'a pas envie d'aller plus loin.

Me voilà seule face à mon destin sushi. Je sais que tout cela est psychologique: manger du poisson cru, ça me tente moyen. Je choisis un sushis au thon, parce que c'est ça qui m'a l'air le plus difficile à manger. Donc si je trouve ça bon, c'est que j'aime les sushis. Première bouchée: pas mauvais. Deuxième bouchée: mais c'est du thon cru que je suis en train de manger!! Le sushi finit sa carrière dans l'assiette de mon amoureux. Qui lui, pendant ce temps, avale sushis et makis et se régale. Je termine ma dégustation nippone par ce que je crois identifier comme un californian maki (deuxième rangée en partant de la gauche).

Je suis maitenant en mesure de prononcer sur les sushis, makis et, par extension, sashimis. Donc, les sushis, c'est pas mon truc. Les sashimis, encore moins à mon avis, puisqu'il n'y a même pas le riz pour faire passer. Je trouve les makis comestibles, mais sans plus. Par contre, le gingembre confit est un délice! La prochaine fois qu'on ira manger japonais, je me rabattrais sur un assortiment de yakitoris, parce que la bonne nouvelle, c'est que ce resto fait un assortiment de quatre sortes différentes à un prix relativement abordable.

Sushi Land
9, avenue de la Reine Victoria
64200 Biarritz

PS: Cléa (ou autre spécialiste), si tu passes par là, peux-tu s'il te plaît me dire ce que signifie les idéogrammes (on dit comme ça pour la langue japonaise?), je n'ai pas envie de mettre de gros mots sur mon blog!!